Que c'est un dur métier que d'être belle femme

 

Que c'est un dur métier que d'être belle femme

Chaque matin contrainte, à choisir les couleurs

Dans l'armoire abritant, les marques de valeur

Il ne faut pas d'erreurs, pour conserver la flamme

 

Que c'est un dur métier que d'être belle femme

Prévoir la texture, des crèmes pour ses joues

Cacher les viles rides, et garder ses atouts

Si l'on peut pour trois sous, éviter qu'on vous blâme

 

Que c'est un dur métier que d'être belle femme

Se supplicier soi-même, endurer le martyr

Préparer dans un bol, l'épaisse et chaude cire

Ce n'est pas à plaisir, que l'on évite l'infâme

 

Que c'est un dur métier, que d'être belle femme

Car suivant la saison, il faut trouver parfum

Fleuri ou épicé, de rose ou de jasmin

Sur le cou et les seins; il faut conquérir l'âme

 

Que c'est un dur métier que d'être belle femme

Faire attention à tout, aux crèmes, au chocolat

Se frotter tout le corps, et surtout l'arrière bas

Et contrôler le plat, du ventre qu'on affame

 

Que c'est un dur métier que d'être belle femme

Subir les massages, dans la tiédeur des spas

Y éviter le stress, marcher à petits pas

C'est avec embarras, qu'on découvre ses squames

 

Que c'est un dur métier que d'être belle femme

Dès lors qu'ils sont trop longs, trouver le manucure

Chercher un rendez-vous, c'est toute une aventure

Muette sous la torture, aux limes je me pâme

 

Que c'est un dur métier que d'être belle femme

Chaque jour la corvée, des salons de coiffure

Que ne faut-il pas faire, pour avoir fière allure

Assurer son futur, remporter le sésame

 

Que c'est un dur métier que d'être belle femme

Courir les magasins, faire comme le tout Paris

Se reposer parfois, dans les bijouteries

Faire porter les paquets, à ces heureux quidams

 

Sylvain Soufflet  

Webmestre : Sylvain Soufflet

Copyright  2012 - Tous droits réservés